Soutenez nos projets Humanitaires pour Sauver des Vies

Women’s absence from COVID-19 task forces will perpetuate gender divide, says UNDP, UN Women

 

(New York, 22 March 2021) – Men outnumber women three to one across COVID-19 government task forces around the world. Such disproportionate representation will hamper women’s recovery from the pandemic, according to new data released by the United Nations Development Programme (UNDP), UN Women, and the Gender Inequality Research Lab (GIRL) at the University of Pittsburgh.

 

As the world marks one year of the pandemic, women, on average, still make up only 24 percent of members among 225 COVID-19 task forces examined across 137 countries, as shown by the COVID-19 Global Gender Response Tracker tool that analyzes government pandemic policies. And in 26 task forces, there are shockingly no women at all.

 

This new data comes as the world continues to navigate the global pandemic and its staggering impacts on women – from their role as frontline healthcare workers, to the loss of jobs as the informal economy shrinks, to the alarming spike in domestic violence and unpaid care burden, threatening to push 47 million additional women into extreme poverty.

 

“Women have been on the frontlines of the COVID-19 response, making up 70 percent of health care workers globally. However, they have been systematically excluded from the decision-making processes on how to address the impacts of the pandemic. This eye-opening new data shows, for instance, that only eight countries in the world have COVID-19 task forces with gender parity,” says Achim Steiner, UNDP Administrator. “Women’s full and inclusive participation in public institutions is critical to ensure their needs are adequately addressed in the pivotal decisions now being made — these are choices that will determine their futures for generations to come.”

 

Without women in decision-making roles, COVID-19 measures taken by governments are more likely to ignore women’s needs and it could further exacerbate the unequal recovery opportunities from the pandemic, which is already threatening to reverse decades of progress on gender equality.

 

UNDP and UN Women urge governments to ensure women not only have equal participation in COVID-19 response and recovery efforts, but also have equal decision-making power and leadership opportunities. For an effective COVID-19 response, policies and programmes must also include a gender lens, yet 32 countries still register no gender-sensitive measures in response to COVID-19 at all.

 

“It is inconceivable that we can address the most discriminatory crisis we have ever experienced without full engagement of women,” says Phumzile Mlambo-Ngcuka, UN Women Executive Director. “At the moment, men have given themselves the impossible task of making the right decisions about women without the benefit of women’s insights. This needs to be set right without delay so we can work together on a future that is equitable, gender-responsive and greener.”

 

There are gaps in the economic recovery process that so far has largely excluded women’s specific needs. The Tracker data show that, as of March 2021, only 13 percent of the 2,280 COVID-19 fiscal, social protection, and labour market measures target women’s economic security. And the measures taken – from cash transfers and food aid that targets or prioritise women – have often been small scale and temporary: one year into the pandemic, most of the cash transfer schemes had lasted only 3.3 months on average. Fiscal packages must include long-term specific measures to boost women’s recovery from the pandemic.

 

The Tracker also reveals that only 11 percent of social protection or labour market measures address unpaid care and domestic work, of which pre-pandemic, women were doing three times as much as men. Good practices, mostly taken by Europe and the Americas, include the provision of childcare services (34 countries), paid family or sick leave (44 countries), or flexible work arrangements (11 countries).

 

“We need more and better data, and collaborations such as those between the University of Pittsburgh and the United Nations can help us get there, » says Ann E. Cudd, Provost and Senior Vice Chancellor at the University of Pittsburgh. « This research partnership has generated important new data that not only highlight the problem but provide the evidence needed to tackle these disparities.”

 

Governments’ gender-related COVID-19 efforts continue to be most focused on addressing the increase of violence against women and girls during the pandemic, according to Tracker data. Of the gender-sensitive measures in the Tracker, some 64 percent focus on preventing or responding to violence against women and girls, including actions such as offering helplines, shelters and judicial responses.

 

While this is a positive first step, only one-third of countries with available data have treated violence against women and girls-related services as an integral part of their national and local pandemic response plans.

 

Note to editors:

 

The COVID-19 Global Gender Response Tracker, by UNDP and UN Women, hosted on UNDP’s COVID-19 Data Futures Platform, provides insights on gender disparities in COVID-19 responses from gender-based violence to economic stimulus to social protection measures for women. It has been updated since its launch in September 2020 to include over 3,100 measures across 219 countries and territories.

 

The Gender Inequality Research Lab (GIRL) at the University of Pittsburgh developed the study methodology and supported the data collection for the new data on women’s leadership and representation in national COVID-19 task forces through their ongoing partnership with UNDP on Gender Equality in Public Administration. Additional help was provided by the United Nations Online Volunteers.

 

 

L’absence des femmes des groupes de travail sur le COVID-19 perpétuera la fracture entre les sexes, selon le PNUD, ONU Femmes

 

(New York, 22 mars 2021) – Les hommes sont trois fois plus nombreux que les femmes dans les groupes de travail gouvernementaux sur le COVID-19 dans le monde. Une telle représentation disproportionnée entravera le rétablissement des femmes après la pandémie, selon de nouvelles données publiées par le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD), ONU Femmes et le Gender Inequality Research Lab (GIRL) de l’Université de Pittsburgh.

 

Alors que le monde marque un an de la pandémie, les femmes, en moyenne, ne représentent toujours que 24% des membres parmi les 225 groupes de travail COVID-19 examinés dans 137 pays, comme le montre l’outil COVID-19 Global Gender Response Tracker qui analyse les politiques de gouvernement en matière de pandémie. Et dans 26 groupes de travail, il n’y a absolument aucune femme.

 

Ces nouvelles données surviennent alors que le monde continue de naviguer dans la pandémie mondiale et ses effets stupéfiants sur les femmes – de leur rôle en tant que travailleurs de la santé de première ligne, à la perte d’emplois à mesure que l’économie informelle se rétrécit, à la flambée alarmante de la violence domestique et du fardeau des soins non rémunérés. , menaçant de pousser 47 millions de femmes supplémentaires dans l’extrême pauvreté.

«Les femmes ont été en première ligne de la riposte au COVID-19, représentant 70% des travailleurs de la santé dans le monde. Cependant, elles ont été systématiquement exclues des processus décisionnels sur la manière de faire face aux impacts de la pandémie. Ces nouvelles données révélatrices montrent, par exemple, que seuls huit pays dans le monde disposent de groupes de travail sur le COVID-19 avec parité des sexes », déclare Achim Steiner, Administrateur du PNUD. «La participation pleine et inclusive des femmes aux institutions publiques est essentielle pour garantir que leurs besoins sont correctement pris en compte dans les décisions cruciales qui sont actuellement prises – ce sont des choix qui détermineront leur avenir pour les générations à venir.»

 

Sans les femmes dans des rôles décisionnels, les mesures COVID-19 prises par les gouvernements sont plus susceptibles d’ignorer les besoins des femmes et pourraient encore aggraver les opportunités inégales de relèvement après la pandémie, qui menace déjà d’inverser des décennies de progrès en matière d’égalité des sexes.

 

Le PNUD et ONU Femmes exhortent les gouvernements à veiller à ce que les femmes participent non seulement à égalité dans la réponse au COVID-19 et aux efforts de relèvement, mais aient également un pouvoir de décision et des opportunités de leadership égaux. Pour une réponse efficace au COVID-19, les politiques et les programmes doivent également inclure une perspective sexospécifique, mais 32 pays n’enregistrent toujours aucune mesure sensible au genre en réponse au COVID-19.

 

«Il est inconcevable que nous puissions résoudre la crise la plus discriminatoire que nous ayons jamais connue sans l’engagement total des femmes», déclare Phumzile Mlambo-Ngcuka, Directrice exécutive d’ONU Femmes. «Pour le moment, les hommes se sont donné la tâche impossible de prendre les bonnes décisions concernant les femmes sans bénéficier des connaissances des femmes. Cela doit être corrigé sans délai afin que nous puissions travailler ensemble sur un avenir qui soit équitable, sensible au genre et plus vert. »

 

Il existe des lacunes dans le processus de reprise économique qui, jusqu’à présent, ont largement exclu les besoins spécifiques des femmes. Les données de Tracker montrent qu’en mars 2021, seuls 13% des 2 280 mesures fiscales, de protection sociale et du marché du travail du COVID-19 visent la sécurité économique des femmes. Et les mesures prises – des transferts monétaires et de l’aide alimentaire qui ciblent ou donnent la priorité aux femmes – ont souvent été à petite échelle et temporaires: un an après le début de la pandémie, la plupart des programmes de transferts monétaires n’avaient duré que 3,3 mois en moyenne. Les paquets budgétaires doivent inclure des mesures spécifiques à long terme pour stimuler le rétablissement des femmes après la pandémie.

Le Tracker révèle également que seulement 11 pour cent des mesures de protection sociale ou du marché du travail concernent les soins non rémunérés et le travail domestique, dont avant la pandémie, les femmes en faisaient trois fois plus que les hommes. Les bonnes pratiques, principalement adoptées par l’Europe et les Amériques, comprennent la fourniture de services de garde d’enfants (34 pays), des congés familiaux ou de maladie payés (44 pays) ou des modalités de travail flexibles (11 pays).

 

« Nous avons besoin de données plus nombreuses et de meilleure qualité, et des collaborations telles que celles entre l’Université de Pittsburgh et les Nations Unies peuvent nous aider à y parvenir », déclare Ann E. Cudd, Provost et Senior Vice Chancellor à l’Université de Pittsburgh. « Ce partenariat de recherche a généré de nouvelles données importantes qui non seulement mettent en évidence le problème, mais fournissent les preuves nécessaires pour lutter contre ces disparités. »

 

Selon les données de Tracker, les efforts des gouvernements en matière de COVID-19 en matière de genre continuent d’être principalement axés sur la lutte contre l’augmentation de la violence à l’égard des femmes et des filles pendant la pandémie. Parmi les mesures sensibles au genre dans le Tracker, quelque 64 pour cent se concentrent sur la prévention ou la réponse à la violence à l’égard des femmes et des filles, y compris des actions telles que l’offre de lignes d’assistance, d’abris et de réponses judiciaires.

 

S’il s’agit d’une première étape positive, seul un tiers des pays disposant de données ont traité la violence à l’égard des femmes et les services liés aux filles comme faisant partie intégrante de leurs plans nationaux et locaux de réponse à la pandémie.

 

Le COVID-19 Global Gender Response Tracker, par le PNUD et ONU Femmes, hébergé sur la plateforme COVID-19 Data Futures du PNUD, fournit des informations sur les disparités entre les sexes dans les réponses au COVID-19, de la violence sexiste à la stimulation économique en passant par les mesures de protection sociale pour les femmes. Il a été mis à jour depuis son lancement en septembre 2020 pour inclure plus de 3100 mesures dans 219 pays et territoires.

 

Le laboratoire de recherche sur les inégalités de genre (GIRL) de l’Université de Pittsburgh a développé la méthodologie de l’étude et soutenu la collecte de données pour les nouvelles données sur le leadership et la représentation des femmes dans les groupes de travail nationaux COVID-19 grâce à leur partenariat en cours avec le PNUD sur l’égalité des sexes dans l’administration publique. . Une aide supplémentaire a été fournie par les Volontaires en ligne des Nations Unies.

Share With:
Rate This Article
No Comments

Leave A Comment


Fatal error: Uncaught Error: Call to undefined function jnews_encode_url() in /home/media4change/public_html/www/wp-content/plugins/jnews-social-share/class.jnews-select-share.php:225 Stack trace: #0 /home/media4change/public_html/www/wp-content/plugins/jnews-social-share/class.jnews-select-share.php(357): JNews_Select_Share::get_select_share_data('facebook', false) #1 /home/media4change/public_html/www/wp-content/plugins/jnews-social-share/class.jnews-select-share.php(65): JNews_Select_Share->build_social_button('facebook') #2 /home/media4change/public_html/www/wp-includes/class-wp-hook.php(303): JNews_Select_Share->render_select_share('') #3 /home/media4change/public_html/www/wp-includes/class-wp-hook.php(327): WP_Hook->apply_filters(NULL, Array) #4 /home/media4change/public_html/www/wp-includes/plugin.php(470): WP_Hook->do_action(Array) #5 /home/media4change/public_html/www/wp-includes/general-template.php(3031): do_action('wp_footer') #6 /home/media4change/public_html/www/wp-content/themes/discussionwp/framework/modul in /home/media4change/public_html/www/wp-content/plugins/jnews-social-share/class.jnews-select-share.php on line 225