Contact Recherche English
logo


Retour aux actualités

Les scientifiques appellent à une action urgente et ciblée pour éviter de renverser les acquis du développement des dernières décennies  

écrit par "Admin M.B"
il y a 5 mois
139 vue(s)
De nouvelles relations entre l'homme et la nature sont nécessaires, car le changement climatique et la perte de biodiversité menacent le progrès [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir]

New York, le 11 septembre -

Atteindre le bien-être humain et éradiquer la pauvreté de tous les habitants de la Terre, dont le nombre est estimé à huit milliards et demi d'ici 2030, est toujours possible, mais uniquement s'il existe un changement fondamental - et urgent - dans le monde. rapport entre les hommes et la nature et une réduction significative des inégalités sociales et entre les hommes et les femmes entre les pays et à l'intérieur de ceux-ci, selon un nouveau rapport des Nations Unies rédigé par un groupe de scientifiques indépendant qui devrait être publié au Sommet des ODD 2019, mais disponible aujourd'hui.

Le rapport, qui a été demandé à tous les pays pour évaluer les progrès du Programme de développement durable à l'horizon 2030, est le premier du genre depuis l'adoption des objectifs de développement durable (ODD) historiques, adoptés il y a quatre ans. Intitulé "L'avenir, c'est maintenant: la science au service du développement durable", le rapport conclut que le modèle de développement actuel n'est pas durable et que les progrès réalisés au cours des deux dernières décennies risquent d'être inversés par l'aggravation des inégalités sociales et des reculs potentiellement irréversibles. l'environnement naturel qui nous soutient. Les scientifiques ont conclu qu'un avenir beaucoup plus optimiste est toujours réalisable, mais uniquement en modifiant radicalement les politiques de développement, les incitations et les actions.

Le rapport affirme que la compréhension des interconnexions entre les ODD individuels et les systèmes concrets qui définissent la société aujourd'hui sera essentielle pour concevoir des politiques qui gèrent des compromis difficiles.
 
Un besoin de transformer

Créer une croissance économique simplement en augmentant la consommation de biens matériels n'est plus une option viable au niveau mondial: selon les projections, l'utilisation mondiale de matériaux devrait presque doubler entre 2017 et 2060, passant de 89 Gigatons à 167 Gigatons, avec une augmentation correspondante des émissions de gaz à effet de serre et d’autres effets toxiques tels que ceux de l’exploitation minière et d’autres sources de pollution.

Le modèle de développement actuel a permis la prospérité de centaines de millions de personnes. Mais cela a également conduit à une pauvreté persistante et à d'autres privations; des niveaux d'inégalité sans précédent qui minent l'innovation, la cohésion sociale et la croissance économique durable; et il a amené le monde près de points de basculement avec le système climatique mondial et la perte de biodiversité. Pour changer de cap, les scientifiques disent que le monde doit transformer un certain nombre de domaines clés des activités humaines, notamment l'alimentation, l'énergie, la consommation et la production, ainsi que les villes.

Ces transformations peuvent découler d'une action coordonnée des gouvernements, des entreprises, des communautés, de la société civile et des individus. La science a un rôle particulièrement vital à jouer, rôle qui peut être encore renforcé en investissant davantage dans la science pour la durabilité et dans les institutions de sciences naturelles et sociales basées dans les pays en développement.

Le rapport souligne que la réalisation des objectifs de développement durable nécessite fondamentalement de dissocier la croissance économique de la dégradation de l'environnement, tout en réduisant les inégalités sociales et entre les hommes et les femmes en termes de richesse, de revenus et d'accès aux opportunités.

Comme les pays ne partent pas tous du même endroit, les scientifiques affirment qu'une croissance plus forte continuera d'être nécessaire dans les pays les plus pauvres pour assurer des services et infrastructures sociaux de qualité, tout en soulignant que la croissance d'abord et le nettoyage plus tard ne sont pas essentiels. une option. Le rapport souligne également la nécessité d'accroître l'accès aux technologies et aux connaissances appropriées.

Les pays développés doivent modifier leurs modes de production et de consommation, notamment en limitant l'utilisation de combustibles fossiles et de plastiques, et encourager les investissements publics et privés conformes aux objectifs de développement durable.

Les scientifiques suggèrent que l’ONU pourrait promouvoir un nouveau label d’investissement dans le développement durable, avec des paramètres et des directives clairs, pour encourager et récompenser les investissements dans les industries et les marchés financiers qui favorisent le développement durable et découragent les investissements dans les autres.

La transformation en profondeur nécessaire ne sera pas facile et le rapport suggère qu'une compréhension scientifique approfondie est nécessaire pour anticiper et atténuer les tensions et les compromis inhérents à un changement structurel généralisé. Par exemple, les personnes qui perdent leur emploi en abandonnant les combustibles fossiles et d’autres industries en contradiction avec un avenir durable devraient être encouragées à rechercher d’autres moyens de subsistance.

Les auteurs soulignent qu'une volonté et un engagement politiques forts seront nécessaires pour procéder aux transformations nécessaires, qu'il n'existe pas de solution unique et que les interventions dans les pays développés seront très différentes de celles des pays en développement.
 
Un appel à l'action: 20 interventions qui comptent

L’appel à l’action du rapport identifie 20 points où les interventions peuvent créer des progrès transformateurs et accélérés vers la réalisation de multiples objectifs.



Dans la même catégorie


Autres articles
Environnement/Climat

Salubrité : ECOTI-SA sensibilise la population d’Abobo à la bonne gestion des ordures

L’opérateur de collecte et de transport de déchets, ECOTI-SA, était dans la commune d’Abobo, le dimanche 23 septembre 2018, dans le cadre d’une tournée d’information et de sensibilisation sur les bonnes pratiques en matière de gestion des ordures ménagères. En visite dans la commune d’Abobo, la Société [...]
Nombre de vues : 697 vue(s)
Environnement/Climat

Migrants de Calais: Un rapport de Human Rights Watch accuse la police française

A Calais, les forces de police violent régulièrement les droits humains des demandeurs d’asile et autres migrants, en recourant « de façon routinière à la pulvérisation de gaz poivre sur des migrants, enfants et adultes, alors qu'ils sont endormis ou dans d'autres situations où ils ne représentent aucune [...]
Nombre de vues : 276 vue(s)
Economie verte

Révolution Verte/Alassane Ouattara: «La transformation du secteur agricole africain requiert des réformes courageuses»

Le secteur agricole représente 16% du PIB (Produit intérieur brut) en Afrique et emploie environ 60% de la population. On estime également que 65% des terres arables disponibles et inexploitées se trouvent sur le continent. Paradoxalement, c’est en Afrique qu’on parle de malnutrition, sous-alimentation et d’insécurité alimentaire. La [...]
Nombre de vues : 357 vue(s)
Droits de l'Homme

Enquête / Aveugles, sourds-muets, albinos, handicapés moteurs… : Prospères malgré le rejet de la société

Au regard des autres, c’est un handicapé. Mais, pour Dali Gogo, il est un être comme les autres. Propriétaire de plusieurs cliniques, il aurait pu, après avoir perdu la vue, il y a de cela quelques années, sombré dans le désespoir. Que nenni ! Il est aujourd’hui un homme d’affaires prospère. Ce spécialiste du [...]
Nombre de vues : 407 vue(s)
Environnement/Climat

Des chercheurs étudient l’impact du changement climatique sur le commerce du bétail

En vue d'évaluer les effets du changement climatique sur le développement du commerce sous-régional du bétail entre la Côte d'Ivoire et les pays sahéliens, le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) a organisé vendredi 02 août 2019, dans ses locaux, sis à Adiopodoumé (route de Dabou), un [...]
Nombre de vues : 150 vue(s)


Soutenir Media4Change

Faites un don pour apporter votre pierre à l'édifice

© Media4Change Media4change, le Journal du Développement durable.
" Parce que le Développement est un besoin"