Contact Recherche English
logo



Je n'avais pas souhaité intervenir dans ce débat, de peur que l'on me reproche encore de verser dans l'émotionalité, mais ne sommes-nous pas des êtres de chair et de sang?
Au nafs (âme) donc sa part et à l'esprit (ruh) la sienne.
 
Je devine que cette image d'un policier, censé représenter l'ordre et la protection, jouissant de l'agonie d'un homme noir sous lui, inspire un sentiment d'insécurité à  toute la communauté noire, et à raison. Un sentiment de révolte également, marqué par les différentes émeutes qui éclatent depuis quelques jours. Je n'aime pas trop ce mot "communauté" mais n'est ce pas le terme approprié, aux États-Unis pour désigner des personnes possédant des caractères communs? Ce pays qui vit sans complexe les questions de catégorisation "raciales" et ethniques. Un Président décomplexé qui n'hésitait pas à qualifier, il y a peu, tout un pan de l'humanité de "merde". Comme si cette merde n'était pas le fruit du propre système digestif de son pays, pour paraphraser un universitaire anglais d'origine nigérienne au sujet du néolibéralisme sauvage du pays de Donald Trump. Un homme qui n'a pour agenda que de faire de l'argent.
 
Le pays qui a accouché du Ku Klux Klan a toujours vécu "son" racisme avec violence. Par ce qu'il a pour socle une société violente. Dans ce pays, l'évolution civilisationnelle n'a pas été proportionelle à l'évolution économique. Cette évolution civilisationnelle là a été laissée en reste.
Le "rêve américain", c'est donc manger des hamburgers et boire du soda, obtenir un permis pour une arme à feu le plus tôt possible et rembourser un crédit immobilier avant que la graisse ne bouche nos artères et nous propulse au coeur d'un système de santé cynique où tu payes ou tu meurs. Le rêve américain, c'est tu réussis (belle voiture, belle maison, bijoux bling bling-bling et sourire en piano et immaculé) ou tu es un sous-homme. Le rêve américain, s'achète à coups de bistouri. Georges Floyd était à l'antipode de ce rêve. Il est mort. Georges Floyd était à l'antipode de ce rêve, et donc un policier pose ses genoux sur son cou, il appuie de tout son poids. Il l'étouffe. Malgré ses cris et appels au secours.
 
Revenons au racisme américain. Il faut savoir que chaque continent a "son" racisme, chaque pays a le sien. 
Si en Europe il est dans les petites phrases, en Asie il est pure barbarie raffinée. Mais les États-Unis détiennent le record de l'inhumanité dans l'expression du racisme. Dans ce pays, le racisme, il fracasse le crâne contre l'asphalte surchauffée.
 
                                                             
 
Une contribution de Aicha Yatabary


Dans la même catégorie


Autres articles
Baromètre du Développement

Emergence de l’Afrique : Voici les obstacles à lever

Le destin de l’Afrique, pour les 40 prochaines années, se joue à Abidjan. Hier, la deuxième édition de la Conférence internationale sur l’émergence de l’Afrique (CIEA 2017), s’est ouverte à Abidjan, en présence de quatre chefs d’Etats africains, à savoir : Alassane Ouattara (Côte d'Ivoire), [...]
Nombre de vues : 507 vue(s)
Gouvernance

Côte d'Ivoire: Les trois jours les plus longs de 2019

Alassane Ouattara et Guillaume Soro ont décidé de tester leur capacité de nuisance respectives. Le premier a fini par tomber dans le jeu du second qui, en effet, ne s'est jamais senti autant à l'aise que dans l'adversité. "Cela fait 24 ans que je fais front et face à l'adversité. L'adversité me galvanise", déclarait, en 2016, l'ancien [...]
Nombre de vues : 174 vue(s)
Tribune ODD

Comprende le Développement Durable en 20 minutes

Nombre de vues : 485 vue(s)
Education/Santé

Ghana : L’école secondaire désormais gratuite pour tous

Cette décision permettra aux jeunes et plus particulièrement aux filles de se faire former gratuitement. Pour le Président ghanéen, « une excellente éducation pour les filles est essentielle si nous voulons rayer la pauvreté, l’ignorance, la maladie de notre pays et le mettre sur le chemin de la prospérité », [...]
Nombre de vues : 511 vue(s)
Environnement/Climat

Les scientifiques appellent à une action urgente et ciblée pour éviter de renverser les acquis du développement des dernières décennies  

New York, le 11 septembre - Atteindre le bien-être humain et éradiquer la pauvreté de tous les habitants de la Terre, dont le nombre est estimé à huit milliards et demi d'ici 2030, est toujours possible, mais uniquement s'il existe un changement fondamental - et urgent - dans le monde. rapport entre les hommes et la nature et une réduction significative [...]
Nombre de vues : 227 vue(s)


Soutenir Media4Change

Faites un don pour apporter votre pierre à l'édifice

© Media4Change Media4change, le Journal du Développement durable.
" Parce que le Développement est un besoin"