Contact Recherche English
logo


Retour aux actualités

Déforestation à l'Université de Cocody: Dans la fournaise qui étouffe étudiants et enseignants

écrit par "Admin M.B"
il y a 14 jours
132 vue(s)
Il n'y a plus d'arbres ni d'ombre dans la cour de l'Université de Cocody à Abidjan, comme ce fût le cas par le passé. PH: DR [ Cliquez sur l'image pour l'agrandir]

Jeudi 17 octobre  2019, 10 h. Au portail sud du campus de l’Université Félix Houphouët-Boigny de Cocody (Côte d'Ivoire- Abidjan). Les vigiles qui sont de faction, contrôlent comme ils peuvent l’entrée. Tous ceux qui entrent doivent montrer pattes blanches. Nous sommes en route, pour répondre à un rendez-vous pris quelques jours avant, avec un enseignant de l’Unité de formation et de recherche en Langue, littérature et  civilisation, (Llc). Ce rendez-vous est d’ailleurs pour 12h.

Les rayons du soleil nous frappent le visage à cette heure de la journée. En chemin nous constatons, le grand changement intervenu au niveau de l’environnement à la  faveur de la réhabilitation intervenue juste après la fin de la crise postélectorale de 2011. La pelouse verdoyante replantée et des fleurs dégagent un  parfum  qui rend supportable la grande chaleur qu’il fait sur le campus universitaire Fhb de Cocody. A perte de vue, un vaste espace gazonné sans le moindre arbuste. Au niveau du Campus  2000, notre attention est attirée par une forte concentration  de jeunes, tenant en mains, livres, cahiers et crayon à papier sous les palmiers. 

Renseignement pris, il s’agit d’étudiants en pleine révision. Ce, sous une vaste palmeraie qui  ressemble bien à un champ, fraichement nettoyé à la machette. Cette palmeraie bien entretenue par le passé, a donné son nom d’ailleurs aux restaurants universitaires appelés «Le palmier». Une sorte d’abri en forme de case rustique et couverte de pailles. Malgré l’usure du temps, certaines cases résistent encore aux intempéries et des tenancières y proposent des plats pas vraiment à la portée de  la bourse de tous les étudiants dont la plupart ne sont pas des boursiers.

En dépit du souvenir que   cela rappelle, nous revenons au sujet qui suscite  notre curiosité: La forte présence de ces «essaimes» d’étudiants qui, assis autour d’une table ou carrément à même le sol frais, viennent ici, non seulement pour profiter de l’air frais, mais aussi cogiter. Il se dit que c’est l’un des rares endroits bien ombragés qui semble propice à la concentration après la réhabilitation de l’université Félix Houphouët-Boigny début 2012. Alors que nous sifflotons une bouteille de soda, nous prenons soin d’approcher un groupe d’étudiants, certainement du Département d’espagnol.

Au nombre de ceux-ci, Mlle Bian Lou Patricia, étudiante en troisième année de Licence au Département d’Espagnol. «Par rapport au cadre, on dirait que ça serrait mieux si le cadre du palmier était assainie. Nous constatons que les arbres manquent sur le Campus. Ici, ce n’est pas propre, mais nous faisons avec. Car là-bas au  Département, nous n’avons pas assez de salles d’études. Nous préférons venir ici pour réviser dans la quiétude », lance-t-elle d’une voix timide.

Idem pour  Yao Nguessan  Lima, étudiant en troisième année de Licence. Ce dernier, les yeux rivés sur une page d’un cahier qu’il tient en main, ajoute: «Sur le campus, nous n’avons plus d’espace vert boisé. C’est donc ici que nous convergeons tous. Il faut continuer de planter des arbres, pour remplacer les arbres qui ont été  abattus à la faveur de la réhabilitation. Tous ceux que vous voyez là sont à la recherche d’un  arbre pour  s’abriter et étudier (…)».

Juste à côté, Mlle Coulibaly Assetou, étudiante en Licence 3 de Sciences physiques, 23 ans environs, arborant fièrement des lunettes d’intello, plongée dans ses cahiers, tente de nous répondre. A la question de savoir pourquoi elle se retrouve  ici sous les palmiers pour étudier elle répond. «C’est, dit-elle,  l’un  des rares sinon l’unique endroit  du campus, qui est propice à la concentration et où il fait moins chaud ici. Nous sommes à l’université Fhb de Cocody, il y a seulement trois ans. Mais, des grands frères nous ont rapporté que par le passé, il y avait beaucoup d’arbres sur le campus et qu’il faisait moins chaud. Ce qui n’est pas le cas depuis sa  réhabilitation. Nous avons aussi appris sue le bois qui se trouvait à la Faculté de Médecine a été aussi détruit. Il fait très chaud et nous n’avons pas assez de salles d’études. Donc, venir là pour étudier est mieux, même si le cadre n’est pas très salubre, ont fait avec».  

Il est 11h, il faut faire vite, pour ne pas rater notre rendez-vous. Nous voici devant le Forum ; un autre site mythique de l’Université Fhb de Cocody. Il grouille de monde. Tout autour, dans un vacarme indescriptible, des étudiants assis sur des tables-bancs de fortune revisitent des enseignements reçus précédemment. Il est 11h 30. Nous ne sommes pas loin de notre lieu de rendez-vous. Il fait de plus en plus chaud et la soif nous tenaille. Quelques pas et encore quelques pas. Nous voici à l’ex- Flash. Entre le Centre de recherche en communication (Cercom) en passant par l’Institut de géographie tropical (Igt), nous tombons sur une touffe de gros arbres et d’arbustes qui ont échappé aux tronçonneuses. Heureusement! Après un petit temps de répit, nous frappons à la porte du bureau du Docteur Yao N. Il n’est pas là. Avec un pincement au cœur, nous décidons de revenir très prochainement rencontrer notre maître.

 

Des anciens étudiants nostalgiques

Il est 12 h 15,  tenaillé par la soif et la grande chaleur,  nous décidons de marquer  une pause sur le parvis de la présidence de l’Université. Avec une vue panoramique, entre deux gorgées d’eau,  nous suivons les mouvements  des étudiants, enseignants et autres visiteurs qui vont et arrivent dans un désordre, bien harmonieux parfois  perturbé par le passage des navettes fonctionnant  à l’énergie solaire. Que ne fut notre surprise !

Les arbres cinquantenaires sous lesquels, nous prenions du bon temps, durant nos années universitaires ont disparu. Ici, des étudiants fuyant la grande chaleur, sont venus s’abriter aux pieds du bâtiment abritant la présidence de l’Université. A dire vrai, les travaux de réhabilitation ont «défloré» l’environnement.  

IB., ancien membre d’une structure estudiantine affiliée à l’Organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture(Unesco) qui n’en revient pas est d’avis avec nous. «Dans le cadre de nos activités socioculturelles en 1992, nous avons planté beaucoup  d’arbres sur le campus Universitaire de Cocody en collaboration avec la Société de développement des forêts (Sodefor).

L’Association  internationale  des étudiants en sciences économiques (Aiesec) en avait fait autant. C’est dommage que ces arbres que nous avons plantés et qui contribuaient à l’équilibre de l’écosystème aient été détruits. C’est avec des larmes aux yeux qu’en passant par  là en 2012, j’ai constaté qu’ils n’étaient plus là…Pourtant derrière ces arbres- là, se cachaient une vie et l’histoire de toute une génération d’étudiants», se souvient-il.

Comme nous l’indiquions plus haut, l’Université Fhb de Cocody a connu une réhabilitation lourde dans le cadre du Programme de réhabilitation des universités publiques de Côte d’Ivoire. Mais cette réhabilitation n’a pas donné tous les résultats escomptés, en dépit de son coût exorbitant estimé aux bas mots, à plus de 110 milliards Fcfa pour les cinq universités publiques. Florent Kouamé, Doctorant à l’Unité de formation et de recherche Littérature langues  et civilisation (Llc),  de la même université se souvient. 

«C’était une université où on alliait à la fois, modernisme et héritage biologique. Qui respectait véritablement la faune et la flore. Ce qui donnait un environnement très plaisant à l’Université de Cocody à l’époque.  Nous avions de gros arbres  dans les encablures du stade de l’université, à l’entrée de l’université  et derrière les amphithéâtres, des Facultés  de Droit, de Sciences économiques et de gestion.  Sans oublier l’Ufr  de Mathématiques et sciences informatiques. Il y avait véritablement une flore très originale. Nous imaginons  qu’à Ufr Ssmt et en Cbg-chimie  géologie, nous avons la physiologie végétale… On travaille avec des plantes. Il y a également  la botanique. Il ne faut pas créer un environnement seulement qui soit propre (…) les autres espaces permanemment occupés sur lesquels les étudiants passent, tout a été dégagé !».  

Puis, contenant à peine sa colère et très nostalgique,  Florent Kouamé poursuit.  «Ils ont ‘’déshabillé’’ tout. Ils ont  détruit tous ces jardins originaux qu’on a trouvés ici, naturellement, et qu’il fallait préserver. Tout a été abattu à la faveur de la réhabilitation  de l’université Fhb de Cocody. On n’a même pas  essayé de créer des passages pour que ces arbres soient préservés. On pouvait détruire quelques arbres, mais pas tous. Qu’on entre par le portail du côté de l’Ecole nationale de police(Enp), que  par le Chu de Cocody, on doit affronter un soleil de plomb. Même s’il y a les bus solaires (pas en grand nombre), mais pour la flopée d’étudiants qui rentre régulièrement sur le campus, c’est difficile.

C’est vrai que le soleil est bon pour la santé, mais quelque fois, il est source de maladies. Quand on rentre dans cet espace universitaire, ces gros arbres et l’ombrage qui incitaient à s’abriter pour siroter du jus de fruit en lisant un livre ou deviser avec des amis, ont disparu. Bref, l’université  de Fhb de Cocody, ce temple du savoir a perdu de sa superbe de bois sacré».  

Avis partagé par Kamagaté  A.  Un ancien  étudiant  de la Faculté des sciences avant 2007 fraichement  recruté  dans le cadre de la Couverture Maladie universelle (Cmu). Il nous exhibe son contrat qu’il  vient  de signer.  La trentaine révolue, il  reconnait qu’il fait plus chaud sur le campus que par le passé. Une chaleur étouffante qui n’est pas propice à l’activité cognitive. Il  note le grand changement dans l’environnement. «Depuis quelques jours, nous nous sommes rendus sur le campus, mais nous avons du mal à nous retrouver. Il y a eu la réhabilitation et la restauration certes, mais nous constations qu’il y a beaucoup de choses qui manquent. Le couvert végétal surtout», fait-il savoir avant de se rappeler.

 «Quand nous étions ici, il y avait beaucoup d’arbres et autres palmiers  cinquantenaires qui offraient de l’ombre aux étudiants, se souvient-il. Ils ont été abattus. Nous ne savons pas trop pourquoi ?  Nous avons   l’impression que nous sommes dans une  nouvelle université. Ce qui n’est pas le cas. Il nous revient que la petit forêt qui se trouvait du côté de la Fac de médecine a été détruite. Ceux qui ont fait la réhabilitation de l’Université auraient dû  faire des aménagements et garder le reste à l’identique. Cela donnerait davantage  tout  son  sens à l’appellation Temple du savoir à notre université avec son symbole, le Wambêlê qui est de retour sur le campus. (voir encadré)». 

Pourquoi n’avoir pas copié ce qui se passe juste à côté, dans le périmètre de l’Ecole nationale supérieure de statistique et  d’économie appliquée, (Ensea) ? Logée dans un cadre verdoyant, sous des arbres régulièrement élagués. Mais que dit la Présidence de l’Université ? Nous avons approché le service communication de l’Université de Cocody. Qui nous a orientés vers le Secrétaire général de l’Université qui était en mission hors du pays lors de notre passage. Mais que dit le schéma directeur de l’université Fhb ? Nous ne pouvons en dire plus !  Si les travaux ont été supervisés par le Bureau national d’Etudes techniques et  de développement( Bnetd), on aurait associer un cabinet d’architecte. Ce qui n’a vraiment pas été le cas.

L’architecte Abdoulaye Dieng, le président du Conseil national de l’Ordre des architectes de Côte  d’Ivoire(Cnoa.ci) tranche.  «A notre  connaissance, il n’y a pas eu de cabinet d’architectes ivoiriens associés à cette rénovation. Voyez plutôt avec le Bnetd(…) », coupe-t-il. L’université Félix-Houphouët-Boigny  est établie dans un campus de 200 hectares situé au cœur de la commune de Cocody. Cette université fut, dans les années 70 et 80, réputée en Afrique de l'Ouest francophone pour ses nombreuses facultés. Fermée après la crise postélectorale, elle a fait l'objet d'une réhabilitation pour rouvrir ses portes en septembre 2012. Hélas, elle est mal gérée. Elle  manque cruellement de matériel, de locaux, et n'est plus entretenue depuis son inauguration, menant ainsi ses installations vers un état de dégradation prématurée.

 

Bamba Mafoumgbé



Dans la même catégorie


Autres articles

Cheick Chérif Oumar aux Musulmans: « Evitons de faire des études de l’enfant une divinité qu’il adore »

Animant une conférence publique sur le thème « quelle éducation religieuse pour nos enfants », samedi 13 avril 2019, au centre national de matériel scientifique, dans la commune de Cocody, le Guide spirituel de la communauté Nasrul-Ilm Côte d'Ivoire, Cheick Chérif Oumar Abdul Aziz, a exhorté les fidèles musulmans à [...]
Nombre de vues : 208 vue(s)
Gouvernance

Les États-Unis et la Côte d’Ivoire signent un Compact de 525 millions de dollars

La cérémonie de signature s'est déroulée à Washington, en présence du Président ivoirien Alassane Ouattara, le PDG par intérim du MCC, Jonathan Nash et le Sous-secrétaire d'Etat américain, John Sullivan. Le Compact du MCC avec la Côte d’Ivoire est destiné à soutenir la croissance et les [...]
Nombre de vues : 345 vue(s)

Les Media communautaires célébrés à New York, ce samedi 25 mai

L'African Immigrants Commission of NY & CT a décidé d'honorer les media qui rendent valablement service aux communautés africaines vivant á New York et dans le Connecticut.   Elle organise, pour cela, une cérémonie dénommée "African Day", qui se tiendra ce samedi 25 mai, de 18h à 20h15, sur la 117 Dreiser Loop, Co-op City, [...]
Nombre de vues : 133 vue(s)
Environnement/Climat

Des chercheurs étudient l’impact du changement climatique sur le commerce du bétail

En vue d'évaluer les effets du changement climatique sur le développement du commerce sous-régional du bétail entre la Côte d'Ivoire et les pays sahéliens, le Centre Suisse de Recherches Scientifiques en Côte d’Ivoire (CSRS) a organisé vendredi 02 août 2019, dans ses locaux, sis à Adiopodoumé (route de Dabou), un [...]
Nombre de vues : 76 vue(s)
Economie verte

La FAO lance un programme mondial pour contenir une maladie menaçant les bananes

Ce champignon risque de décimer l'ensemble de la production mondiale de bananes, ce qui entraînerait d'importantes pertes commerciales et aurait des répercussions sur les moyens d'existence des 400 millions de personnes qui dépendent du fruit le plus exporté au monde pour se nourrir ou encore pour tirer leurs revenus. Lancé vendredi en [...]
Nombre de vues : 327 vue(s)


Soutenir Media4Change

Faites un don pour apporter votre pierre à l'édifice

© Media4Change Media4change, le Journal du Développement durable.
" Parce que le Développement est un besoin"